Collectif Scieries de France

Les Collectif Scieries de France estime que “les scieurs français en ont assez de voir de plus en plus de grumes issues des forêts françaises partir en Chine, alors que leurs usines manquent de bois. Face à l’inaction des autorités nationales et européennes et à aux interventions jusqu’ici inopérantes de la Fédération Nationale du Bois, ils ont décidé d’agir. Certains d’entre eux viennent de créer le « Collectif Scieries de France ». Dans un manifeste intitulé « Le patrimoine forestier national vendu à l’Asie : Appel au sursaut national », ils invitent leurs collègues scieurs à se mobiliser.
D’après le Collectif, « les exportations de grumes à l’état brut progressent très rapidement, pour atteindre des seuils critiques : environ 1/3 de la récolte de hêtre et de chêne. Le même mouvement s’amorce pour les résineux. Outre les volumes, les prix d’achat des bois s’envolent. Avec des augmentations de 20 à 30% des bois, les scieries françaises ne peuvent plus acheter de grumes. »
Les scieurs constatent aussi que certains transporteurs maritimes deviennent eux-mêmes négociants, les grumes lestant les bateaux sur le trajet retour vers l’Asie permettant d’abaisser de 75% les coûts de transport. « Par ailleurs, la Chine édifie une filière bois de « toute pièce » pour procurer des emplois et de la valeur ajoutée sur son territoire ; elle ne taxe pas les importations de grumes mais taxe les produits élaborés jusqu’à 100% pour les meubles. La menace de faire disparaître l’industrie française est réelle. »
Les scieries françaises sont donc appelées à s’engager à transformer les bois français en France et à rejoindre le Collectif Scieries de France en signant sa charte. « Contre cet engagement d’acheter et de ne pas exporter des grumes, nous demandons à l’Etat, aux communes forestières, aux coopératives et aux propriétaires privés d’approvisionner les scieries qui adhéreront au Collectif. »
Un partenariat régulier avec les détenteurs de la ressource en contractualisant les approvisionnements est réclamé. « Les pratiques d’appels d’offres restreints en vigueur dans le bois énergie doivent être transposées en urgence pour le bois d’œuvre mis en vente au premier semestre 2014. Pour ne pas mettre nos salariés au chômage et fermer les scieries françaises, nous demandons à ce que l’État, propriétaire des forêts domaniales, donne l’exemple et nous fournisse d’urgence des grumes. » Enfin, le Collectif engage l’État à utiliser tous les moyens à sa disposition pour inciter les communes forestières et la forêt privée à approvisionner davantage les utilisateurs français, notamment par le biais de contrats d’approvisionnement et de ventes de bois sur pied.
Contact pour demander la Charte : scieriesdefrance@orange.fr
LES SOCIÉTÉS SIGNATAIRES DE L’APPEL : Avivés de l’Est, Centre Bois Massif, Chêne de l’Est, Eurochêne, Joslet, Robert, Rupt de Mad, Vosges Bois Développement, Watrin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>